logo.jpg

 
Vous êtes ici :  Accueil
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Historiques Jumelages
 ↑  
Visites

 1124943 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

Nouveautés du site
(depuis 30 jours)
Bienvenue sur AJVA85

La dernière nouvelle
le systeme d'élection en Allemagne.LE CONNAISSEZ-VOUS? - par extraitCIDAL le 19/09/2017 @ 19:55

Interview exclusive : comment fonctionne le système électoral allemand ?

19 sept. 2017

Le Professeur Hélène Miard-Delacroix, spécialiste d’histoire et civilisation de l’Allemagne contemporaine à la Sorbonne © CIDAL/F. Brunet À quelques jours des élections législatives allemandes, Hélène Miard-Delacroix, Professeur à l’université Paris Sorbonne et spécialiste de l’Allemagne contemporaine, a expliqué au CIDAL (Centre d' information sur l' Allemagne)  le fonctionnement du système électoral allemand et les enjeux du scrutin.

CIDAL : Madame le Professeur, les élections législatives allemandes ont lieu ce dimanche 24 septembre. Elles ne comportent qu'un seul tour de scrutin et chaque électeur a deux voix. C’est un peu déroutant pour un Français... Pouvez-vous nous expliquer comment les suffrages sont comptabilisés pour aboutir à une assemblée de députés « en chair et en os » ?

Hélène Miard-Delacroix : En effet les électeurs allemands ne se déplacent qu'une fois pour voter mais ils votent avec un stylo pour cocher des cases, et ils ont deux voix chacun. Ce système a pour objectif de combiner les avantages d'un scrutin uninominal majoritaire et d'un scrutin proportionnel de liste. Il y a presque 600 sièges à pourvoir (598 exactement).

Avec la première voix, l’électeur choisit le candidat député de sa circonscription – il y a un peu moins de 300 circonscriptions en tout. Est élu celui qui a obtenu le plus de voix, c'est un scrutin à la majorité simple qui permet au citoyen de s’identifier à son député, car il est issu de sa région et est censé porter à Berlin la voix et les intérêts locaux. Les candidats ont une couleur politique mais elle peut être secondaire dans le choix du député élu avec la première voix.

Avec sa seconde voix, l’électeur choisit un parti sur une liste qui est valable pour le Land dans lequel se situe sa circonscription. Avec cette voix il émet un choix sur l'orientation générale de la politique qu'il souhaite voir suivie au niveau fédéral, donc il joue sur le rapport de forces au Bundestag et par suite sur la coalition qui sera en mesure de former le gouvernement. Il y a dans ce choix une part de conviction et une part de calcul tactique.

Maintenant la répartition des sièges. La moitié des sièges sont pourvus par la première voix. Cela concerne donc un peu moins de 300 députés (299) qui sont arrivés chacun premier dans leur circonscription et sont donc sûrs de siéger au Bundestag mais avec leur couleur politique, dans un groupe parlementaire. Pour distribuer la seconde moitié des sièges, c’est à dire les 299 sièges qui restent, on va calculer combien de sièges chacune des forces politique doit avoir en tout pour que le Parlement corresponde exactement à la proportion des voix obtenues par les différents partis dans le pays.

On comprend qu’en fin de compte c'est bien la représentation proportionnelle qui l'emporte. Le mode de calcul est un peu compliqué mais compréhensible : sachant combien de sièges doit avoir en fin de compte chaque parti, on va décompter les sièges déjà distribués à chaque parti par la première voix. Pour atteindre le nombre autorisé, on distribue ensuite les sièges dans l'ordre des noms et selon le résultat obtenu par les différentes listes dans les différents Länder. A priori ceux qui sont placés en tête de liste ont des chances de siéger, sauf si le nombre total possible de députés d’un parti est déjà atteint par le vote direct !

Enfin, un parti qui n'a pas réussi à atteindre 5 % des voix sur l'ensemble du territoire avec la deuxième voix ne sera pas représenté du tout au Bundestag - sauf si en raison d’une forte présence locale il a obtenu trois sièges par le vote majoritaire de la première voix.

CIDAL : Le nombre de députés n’est donc pas connu à l’avance ? Comment obtient-on le nombre définitif ?

Hélène Miard-Delacroix : Au final, il se peut qu'un parti ait obtenu encore plus de sièges par la première voix, donc directement, que le nombre qui lui revient selon la proportionnelle. C'est ainsi, parce qu’il ne serait pas démocratique de retirer son siège à un député élu, qu'il peut y avoir, en fin de compte, plus de sièges au Bundestag que prévu. Le nombre de ces sièges supplémentaires a beaucoup augmenté ces dernières années. Nous verrons ce qui se passera à l'issue du scrutin de dimanche.

On entend dire que sept partis pourraient être représentés au Bundestag après les élections. Est-ce une révolution ?

Hélène Miard-Delacroix : Sept partis au Bundestag, c'est en effet d'abord une évolution progressive à laquelle on a assisté dans le parlement d'Allemagne fédérale où il y a eu longtemps seulement trois groupes parlementaires pour quatre partis (les chrétiens-démocrates de la CDU et de la CSU, les sociaux-démocrates du SPD et les libéraux du FDP). Les Verts ont fait leur entrée au Bundestag au début des années 1980, et l'extrême gauche est arrivée après la réunification dans les années 1990. Dans le Bundestag sortant il n'y avait pas de libéraux car ils n'avaient pas réussi à passer la barre des 5 % [en 2013]. On suppose qu'ils vont réussir cette fois, mais aussi que le parti populiste de droite AfD va aussi faire son entrée au Bundestag. Avec sept partis, l'Allemagne retrouvera à peu près la situation de la toute première législature en 1949, qu’on avait cru oubliée depuis longtemps.

CIDAL : La couleur de la future coalition semble être un enjeu important. Comment se déroulent concrètement les négociations entre les partis après les élections ?

Hélène Miard-Delacroix : À l'issue du scrutin, on ne peut pas savoir exactement qui va former le gouvernement. Il est traditionnel que le chef du parti le plus représenté revendique la position de chancelier. Mais il doit négocier à huis clos et pas à pas avec les autres forces politiques avec lesquelles il est possible d'atteindre 50 % des sièges/voix. Cela peut se faire avec différents partis, selon le résultat des urnes. Ces négociations sont longues et visent à établir, après un premier sondage, la liste des points d'entente sur lesquels les deux partis (ou trois partis) s’engagent à gouverner. Ils rédigent ensemble un contrat de gouvernement, une sorte de programme commun, contraignant.

CIDAL : Selon vous, quels sont les enjeux de la période qui s’ouvrira le 24 septembre au soir ?

Hélène Miard-Delacroix : Les enjeux sont multiples. Ils sont d'abord intérieurs, selon la combinaison de partis qui sera au gouvernement, avec des inflexions différentes. Mais aussi pour les Européens, car les différents partis n'ont pas la même disposition à faire des progrès en Europe.

Madame le Professeur, merci.

Propos recueillis par Anne Lefebvre

© CIDAL


CONFERENCES

UNE CONFERENCE REUSSIE

17 septembre 2016
Hans HERTH, un conférencier hors pair, une salle attentive

L'ÉCONOMIE EST INSCRITE DANS LES GÊNES DES CIVILISATIONS

Les sondeurs, les politicologues, les économistes de tous bords...ne cessent de gloser sur l'économie allemande et la comparaison de sa santé par rapport à celle de la France qui peine.

Y a-t-il un modèle allemand et un autre modèle français ? Pour l'instant, un qui marche et l'autre qui souffre. Est-il possible d'aller piquer des recettes chez nos voisins pour nous améliorer ?

Une chose est sûre : le sujet désormais intéresse les français. L'économie s'invite dans tous les débats. Et durant ces mois de campagne électorale les orateurs candidats se jetteront des chiffres à la figure...sans proposer de solution pour reconstruire la dynamique économique à la Française.

A l' initiative de l'Association Entreprises des Olonnes EDO et de l'Association des Jumelages VENDÉE ALLEMAGNE AJVA, nous étions conviés à assister à une Conférence Débat sur ce parallèle entre les deux économies

UNE APPROCHE SOCIOLOGIQUE DE L'ÉCONOMIE COMPARÉE

Le conférencier Hans HERTH, sociologue franco allemand, ancien consultant a promené les auditeurs depuis l'antiquité jusqu'à nos jours pour montrer comment se sont forgées en France et en Allemagne deux mentalités économiques différentes, voire totalement divergentes.

"L'Allemagne n'a pas de politique industrielle mais elle a des industriels ", la France....chacun a pu compléter la phrase selon sa philosophie...

Depuis la nuit des temps le français chasse en solitaire dans le monde économique, l'allemand chasse en meute. Sa pauvreté en ressources naturelles l'a contraint à ce mode de gestion, "au perfectionnement du banal", au travail bien fait. Le travail est familal, collectif. La cogestion est possible, nécessaire en Allemagne.. 

La conclusion est cinglante. Il n'y aura pas de convergence entre les deux économies tant les mentalités sont tellement  différentes voire opposées.

Transcrit au niveau de l'Europe par le conférencier, cela signifie il n'y aura pas d'Europe intégrée mais l' une des  solutions serait l'Europe Fédérale avec des règles communes sur le plan fiscal, sur le plan social.

On peut changer des structures mais on ne peut changer aisément des mentalités.

Une soirée particulièrement enrichissante dont, en quelques lignes, on ne peut donner qu'un trés pale reflet.  Ce fut une démonstration aussi parfaite qu'aisée à suivre.

Vous êtes ici :  Accueil
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Flash Infos

FLASH INFOS

=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=

COMITE DES SABLES D' OLONNE:

en août 2017

une délégation avec de jeunes sablais participe 

à la RENCONTRE JEUNESSE

des 3 jumelages de SCHWABACH

(Les Sables, Kemer, Kalambaka)

dans le cadre des Festivités des 900 ans de la Ville franconienne.

infos: Comité des Sables

jumelage.lessables.schwabach@gmail.com

=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=


COMITE ILE D OLONNE/VAIRE:

du 13 - 17 juillet

les amis Bavarois de Heimenkirch (Allgäu)

sont venus à la 

Fête des Vieux Métiers et ont passé le 14 juillet avec   leurs amis Islais et de Vairé

=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*

Jeden 2. Mittwoch im Monat

findet  ein

Deutscher Stammtisch

in La Roche-sur-Yon statt.

Für weitere Informationen, schicken Sie bitte eine Mail an beretra@yahoo.fr

***********

A noter sur vos agendas :

Dimanche 17 septembre 2017

RANDONNEE de l' AJVA

dans les marais autour de

l'Ile d'Olonne.

A prévoir:


 

Vendée Le département

_CGV_LogoLeDepartement_VERTICAL_ED_Couleur.jpg
News

News

---------------------------

20ème ANNIVERSAIRE

LA FERRIERE-WANDLITZ

140 Wandlitzer ont assisté du

25 - 28 mai 2017

à la grande Fête, donnée en leur honneur pour célébrer 20 ans de rencontres et d'amitié.

(pour détails et photos, allez sur la page' accueil', cliquez dans la rubrique jumelages: 'La Ferrière" - découverte/jumelage)

*************************

Notre nouvelle rubrique
"BONNES OCCASES des VILLES JUMELLES" 
vient de naître.
  C'est la rubrique pour vos offres / demandes.
ex:
Visites entre Villes-jumelles, covoiturages; ex:.
  il nous reste des places pour ..... etc.
 Envoyez par mail vos
offres / demandes et nous le publierons dans cette rubrique.
=-=-=-=-=-=-=-=
 Das ist die Rubrik für  "Angebote und Anfragen zwischen Partnerstädten"
z. B.Teilnahme an Austauschprogrammen, Mitfahrmöglichkeiten (Bus oder Privatwagen).... wir haben noch Plätze frei  im Bus..... , etc.
Mailen Sie Ihre Angebote / Anfragen, wir werden sie  in dieser Rubrik veröffentlichen.
e-mail: beretra@yahoo.fr
===================
log1.jpg
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
ZeBArN
Recopier le code :
27 Abonnés
Diaporamas
Préférences
Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  Nombre de membres 5 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!